fr.sinergiasostenible.org
Nouvelles recettes

VIDÉO : Festival de la gastronomie, du vin et du rhum à la Barbade

VIDÉO : Festival de la gastronomie, du vin et du rhum à la Barbade


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


  1. Accueil
  2. Manger/Dîner

22 novembre 2011

Par

Ali Rosen, vidéo du repas quotidien

Arthur Bovino du Daily Meal entre dans les coulisses de la 2e célébration annuelle de la Barbade

Festival de la gastronomie, du vin et du rhum de la Barbade

Arthur Bovino du Daily Meal entre dans les coulisses de la 2e célébration annuelle de la Barbade

À suivre

  • Festival de la gastronomie, du vin et du rhum à la Barbade 1:32 min

Arthur Bovino

Chambre Barbade & Vin et Rhum


Barbade, l'île du rhum

BRIDGETOWN, Barbade - Le rhum est considéré par beaucoup comme la plus ancienne boisson alcoolisée distillée au monde. La première variante commerciale de cette boisson aurait eu lieu dans cette île la plus orientale des Caraïbes en 1637, qui a coïncidé avec l'essor de l'industrie de la canne à sucre, la source du rhum et l'épine dorsale de son économie jusque dans le 20e siècle.

L'île a aussi ce que je pense être la meilleure version du punch au rhum.

Mount Gay Distilleries, fondée en 1703, distille la plus ancienne marque de rhum existante au monde (Mount Gay Rum). C'est aussi la plus connue des distilleries de rhum de l'île. Deux des ambassadeurs de la société ont fait des présentations sur le fonctionnement du rhum avec des boissons, bien sûr, et avec de la nourriture lors du Barbados Food & Wine and Rum Festival, qui s'est tenu du 16 au 19 novembre.

Tout le monde prend un verre à cette présentation.

Boissons au rhum des fêtes. La mère et la grand-mère de Chesterfield Browne avaient de grands projets pour lui. Ils voulaient qu'il soit enseignant ou qu'il devienne Premier ministre de la Barbade. Au lieu de cela, il a convaincu ses aînés qu'il devrait entrer dans l'industrie hôtelière où il a découvert sa véritable vocation de barman. "Je déteste un travail où vous ne pouvez pas boire un verre."

Aujourd'hui, cet homme attachant et heureux est l'ambassadeur de la marque internationale et mixologue du Mount Gay Rum. Dans une présentation au Hilton Barbados intitulée « Noël en novembre », Browne a créé des boissons de vacances en utilisant des herbes et des épices traditionnelles de la saison de Noël, ainsi que des épices et de l'alcool bajan (barbadiens). Il a préparé cinq boissons traditionnelles de vacances occidentales et caribéennes, s'est assuré que tout le monde dans le public avait un avant-goût de chacun, a dépassé son temps alloué et voulait toujours plus de temps pour terminer.

Il a fait un verre à partir des fleurs rouges de l'oseille, qui pousse dans toute la Caraïbe, avec du gingembre, des bâtons de cannelle, de la cannelle moulue, des clous de girofle entiers, de la cassonade et du rhum.

Il casse les herbes et l'oseille pour ouvrir les saveurs et fait circuler quelques fleurs de la plante pour faire goûter au public son arôme intense avant de distribuer des boissons.

Il a également fabriqué un punch au rhum de Noël qui comprenait des herbes traditionnelles et une boisson Bajan appelée Falernum, une liqueur sucrée qui aurait été inventée à la Barbade et utilisée dans les boissons caribéennes et tropicales. Il a des saveurs d'amande, de gingembre et/ou de clou de girofle, et de citron vert, et parfois de vanille ou de piment de la Jamaïque.

Il a également fabriqué une boisson de vacances américaine traditionnelle à base de rhum et de cognac, "Tom and Jerry", qui utilisait également des œufs, de la muscade et de la vanille.

D'autres boissons traditionnelles de Bajan qu'il préparait étaient un « Maïs et huile » (à base de rhum, de Falernum et de jus de citron vert frais, et un « Punch-Of-Cream », qui utilise du lait concentré et évaporé, le Ponche Kuba (une crème au rhum des Caraïbes semblable à crèmes irlandaises) et, bien sûr, du rhum.

Il a exhorté les spectateurs à utiliser des ingrédients frais dans la mesure du possible et pour de nombreuses boissons, telles que le Bajan Sorrel, un repos est nécessaire pour que les saveurs des herbes et des épices se mélangent.

Pendant toute pause dans la présentation, la musique de Noël a joué. La scène de la salle était couverte de décorations de Noël.

En mélangeant et en dégustant à un moment donné, il a dit : "Je dois vous dire que j'apprécie une bonne boisson." Puis il est entré dans l'histoire de la façon dont il est devenu mixologue.

« Ma mère voulait vraiment que je sois Premier ministre. Ma grand-mère voulait que je sois enseignante. À cette époque, tous les premiers ministres avaient des noms très, très longs… alors ma mère m'a nommé « Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown avec un E. » Puis (elle) m'a fait pression pour faire quelque chose de différent de ce que je voulais être. Alors j'ai commencé à faire des choses différentes mais il y avait toujours l'élément des esprits qui m'appelait. J'ai donc fini par travailler dans l'hôtellerie à la réception. Mais le directeur avait toujours un problème avec moi pour aller au bar.… Finalement, je suis entré dans le bar.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Le chef Paul Yellin poche un vivaneau rouge. Crédit photo : Anthony DeMarco

Le Chef 'Rhum'. Paul Yellin, chef d'entreprise pour Mount Gay Rum, affirme que le rhum est un ingrédient aussi important dans la création de plats exotiques que dans les cocktails. Le natif de la Barbade qui vit maintenant à Charleston, en Caroline du Sud, a tenté de le prouver lors d'une manifestation organisée à l'extérieur sous une grande tente au Hilton Barbados.

Yellin soutient également que la cuisine traditionnelle bajane peut être saine. « Tout le monde aime quelque chose de frit. C'est délicieux, c'est croustillant mais ce n'est pas sain. Nous savons que. Et il y a eu beaucoup d'incidents dans les Caraïbes ces dernières années, beaucoup de diabète, beaucoup de problèmes de santé, beaucoup de problèmes cardiaques. Nous avons une nourriture tellement fabuleuse ici, les gens ne devraient pas manger malsain. »

Il a ajouté: «Si jamais vous faites un tour de l'île et que vous conduisez autour de la côte est, vous voyez des fruits pousser de l'arbre ou l'homme au bord de la route qui vend des noix de coco. … Vous pouvez littéralement marcher et cueillir des fruits sur les arbres. Il n'y a aucune raison de mourir de faim ou de mal manger.

Le produit fini. Vivaneau poché à l'huile de coco de Paul Yellin avec riz rouge et beurre d'agrumes. . [+] Crédit photo : Anthony DeMarco

Il a préparé un vivaneau poché à l'huile de coco avec du riz rouge et du beurre d'agrumes. Il a placé le poisson avec l'huile, les herbes (thym frais, sel de mer et poivre blanc) et l'ail dans un sac ziplock et l'a poché dans de l'eau bouillante. En utilisant cette méthode, il a dit qu'il faut environ 5 à 8 minutes pour bien cuire le poisson. Il dit que les gens ont tendance à trop cuire le poisson. « Ce qui est en fait très cool avec le braconnage, c’est que vous pouvez jeter un œil au sac et voir comment ça se passe. »

Il a également parlé des différences de sauce piquante (sauce au poivre) à la Barbade par rapport aux autres îles des Caraïbes. « L'une des différences est que nous utilisons une base de moutarde, il y a donc une saveur acide, pas seulement chaude pour le saké chaud. Et ce n'est pas comme une sauce de buffle… c'est très liquide. Ceux-ci contiennent des morceaux d'ingrédients et ils sont incroyables. La plupart des Bajans utiliseront de la sauce au poivre dans à peu près tout. »

Alors qu'il faisait chauffer le rhum pour son beurre au rhum aux agrumes, il s'est mis à pleuvoir et le vent a soufflé. Yellin gardait son sang-froid sous la tente. Il a dit, bien sûr, que tirer le rhum brûle l'alcool. "Il va toujours s'évaporer sans y mettre le feu, mais j'accélère simplement le processus et ça a l'air cool."

Yellin préconise également d'utiliser moins de sel dans les aliments, en particulier les repas à plusieurs plats. «En assemblant ce plat, le riz a du sel, ce (beurre de rhum) a du sel, le poisson a du sel, vous revenez tout de suite avec la coagulation de vos artères avec du sel. Je pense que le sel est très surfait. Cela donne un bon goût aux aliments, mais les agrumes aussi.


Barbade, l'île du rhum

BRIDGETOWN, Barbade - Le rhum est considéré par beaucoup comme la plus ancienne boisson alcoolisée distillée au monde. La première variante commerciale de cette boisson aurait eu lieu dans cette île la plus orientale des Caraïbes en 1637, qui a coïncidé avec l'essor de l'industrie de la canne à sucre, la source du rhum et l'épine dorsale de son économie jusqu'au 20e siècle.

L'île a aussi ce que je pense être la meilleure version du punch au rhum.

Mount Gay Distilleries, fondée en 1703, distille la plus ancienne marque de rhum existante au monde (Mount Gay Rum). C'est aussi la plus connue des distilleries de rhum de l'île. Deux des ambassadeurs de la société ont fait des présentations sur le fonctionnement du rhum avec des boissons, bien sûr, et avec de la nourriture lors du Barbados Food & Wine and Rum Festival, qui s'est tenu du 16 au 19 novembre.

Tout le monde prend un verre à cette présentation.

Boissons au rhum des fêtes. La mère et la grand-mère de Chesterfield Browne avaient de grands projets pour lui. Ils voulaient qu'il soit enseignant ou qu'il devienne Premier ministre de la Barbade. Au lieu de cela, il a convaincu ses aînés qu'il devrait entrer dans l'industrie hôtelière où il a découvert sa véritable vocation de barman. "Je déteste un travail où vous ne pouvez pas boire un verre."

Aujourd'hui, cet homme attachant et heureux est l'ambassadeur de la marque internationale et mixologue du Mount Gay Rum. Dans une présentation au Hilton Barbados intitulée « Noël en novembre », Browne a créé des boissons de vacances en utilisant des herbes et des épices traditionnelles de la saison de Noël, ainsi que des épices et de l'alcool bajan (barbadiens). Il a préparé cinq boissons traditionnelles de vacances occidentales et caribéennes, s'est assuré que tout le monde dans le public avait un avant-goût de chacun, a dépassé son temps alloué et voulait toujours plus de temps pour terminer.

Il a fait un verre à partir des fleurs rouges de l'oseille, qui pousse dans toute la Caraïbe, avec du gingembre, des bâtons de cannelle, de la cannelle moulue, des clous de girofle entiers, de la cassonade et du rhum.

Il casse les herbes et l'oseille pour ouvrir les saveurs et fait circuler quelques fleurs de la plante pour faire goûter au public son arôme intense avant de distribuer des boissons.

Il a également fabriqué un punch au rhum de Noël qui comprenait des herbes traditionnelles et une boisson Bajan appelée Falernum, une liqueur sucrée qui aurait été inventée à la Barbade et utilisée dans les boissons caribéennes et tropicales. Il a des saveurs d'amande, de gingembre et/ou de clou de girofle, et de citron vert, et parfois de vanille ou de piment de la Jamaïque.

Il a également fabriqué une boisson de vacances américaine traditionnelle à base de rhum et de cognac, "Tom and Jerry", qui utilisait également des œufs, de la muscade et de la vanille.

D'autres boissons traditionnelles de Bajan qu'il a préparées étaient un « Maïs et huile » (à base de rhum, de Falernum et de jus de citron vert frais, et un « Punch-Of-Cream », qui utilise du lait concentré et évaporé, le Ponche Kuba (une crème au rhum des Caraïbes semblable à crèmes irlandaises) et, bien sûr, du rhum.

Il a exhorté les spectateurs à utiliser des ingrédients frais dans la mesure du possible et pour de nombreuses boissons, telles que le Bajan Sorrel, un repos est nécessaire pour que les saveurs des herbes et des épices se mélangent.

Pendant toute pause dans la présentation, la musique de Noël a joué. La scène de la salle était couverte de décorations de Noël.

En mélangeant et en dégustant à un moment donné, il a dit : "Je dois vous dire que j'apprécie une bonne boisson." Puis il est entré dans l'histoire de la façon dont il est devenu mixologue.

« Ma mère voulait vraiment que je sois Premier ministre. Ma grand-mère voulait que je sois enseignante. À cette époque, tous les premiers ministres avaient des noms très, très longs… alors ma mère m'a nommé « Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown avec un E. » Puis (elle) m'a fait pression pour faire quelque chose de différent de ce que je voulais être. Alors j'ai commencé à faire des choses différentes mais il y avait toujours l'élément des esprits qui m'appelait. J'ai donc fini par travailler dans l'hôtellerie à la réception. Mais le directeur avait toujours un problème avec moi pour aller au bar.… Finalement, je suis entré dans le bar.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Le chef Paul Yellin poche un vivaneau rouge. Crédit photo : Anthony DeMarco

Le Chef 'Rhum'. Paul Yellin, chef d'entreprise pour Mount Gay Rum, affirme que le rhum est un ingrédient aussi important dans la création de plats exotiques que dans les cocktails. Le natif de la Barbade qui vit maintenant à Charleston, en Caroline du Sud, a tenté de le prouver lors d'une manifestation organisée à l'extérieur sous une grande tente au Hilton Barbados.

Yellin soutient également que la cuisine traditionnelle bajane peut être saine. « Tout le monde aime quelque chose de frit. C'est délicieux, c'est croustillant mais ce n'est pas sain. Nous savons que. Et il y a eu beaucoup d'incidents dans les Caraïbes ces dernières années, beaucoup de diabète, beaucoup de problèmes de santé, beaucoup de problèmes cardiaques. Nous avons une nourriture tellement fabuleuse ici, les gens ne devraient pas manger malsain. »

Il a ajouté: «Si jamais vous faites un tour de l'île et que vous conduisez autour de la côte est, vous voyez des fruits pousser de l'arbre ou l'homme au bord de la route qui vend des noix de coco. … Vous pouvez littéralement marcher et cueillir des fruits sur les arbres. Il n'y a aucune raison de mourir de faim ou de mal manger.

Le produit fini. Vivaneau poché à l'huile de coco de Paul Yellin avec riz rouge et beurre d'agrumes. . [+] Crédit photo : Anthony DeMarco

Il a préparé un vivaneau rouge poché à l'huile de coco avec du riz rouge et du beurre d'agrumes. Il a placé le poisson avec l'huile, les herbes (thym frais, sel de mer et poivre blanc) et l'ail dans un sac ziplock et l'a poché dans de l'eau bouillante. En utilisant cette méthode, il a dit qu'il faut environ 5 à 8 minutes pour bien cuire le poisson. Il dit que les gens ont tendance à trop cuire le poisson. "Ce qui est en fait très cool avec le braconnage, c'est que vous pouvez jeter un œil au sac et voir comment ça se passe."

Il a également parlé des différences de sauce piquante (sauce au poivre) à la Barbade par rapport aux autres îles des Caraïbes. « L'une des différences est que nous utilisons une base de moutarde, il y a donc une saveur acide, pas seulement chaude pour le saké chaud. Et ce n'est pas comme une sauce de buffle… c'est très liquide. Ceux-ci contiennent des morceaux d'ingrédients et ils sont incroyables. La plupart des Bajans utiliseront de la sauce au poivre dans à peu près tout. »

Alors qu'il faisait chauffer le rhum pour son beurre au rhum aux agrumes, il s'est mis à pleuvoir et le vent a soufflé. Yellin gardait son sang-froid sous la tente. Il a dit, bien sûr, que tirer le rhum brûle l'alcool. "Il va toujours s'évaporer sans y mettre le feu, mais j'accélère simplement le processus et ça a l'air cool."

Yellin préconise également d'utiliser moins de sel dans les aliments, en particulier les repas à plusieurs plats. « En assemblant ce plat, le riz a du sel, ce (beurre de rhum) a du sel, le poisson a du sel, vous revenez tout de suite avec la coagulation de vos artères avec du sel. Je pense que le sel est très surfait. Cela donne un bon goût aux aliments, mais les agrumes aussi.


Barbade, l'île du rhum

BRIDGETOWN, Barbade - Le rhum est considéré par beaucoup comme la plus ancienne boisson alcoolisée distillée au monde. La première variante commerciale de cette boisson aurait eu lieu dans cette île la plus orientale des Caraïbes en 1637, qui a coïncidé avec l'essor de l'industrie de la canne à sucre, la source du rhum et l'épine dorsale de son économie jusqu'au 20e siècle.

L'île a aussi ce que je pense être la meilleure version du punch au rhum.

Mount Gay Distilleries, fondée en 1703, distille la plus ancienne marque de rhum existante au monde (Mount Gay Rum). C'est aussi la plus connue des distilleries de rhum de l'île. Deux des ambassadeurs de la société ont fait des présentations sur le fonctionnement du rhum avec des boissons, bien sûr, et avec de la nourriture lors du Barbados Food & Wine and Rum Festival, qui s'est tenu du 16 au 19 novembre.

Tout le monde prend un verre à cette présentation.

Boissons au rhum des fêtes. La mère et la grand-mère de Chesterfield Browne avaient de grands projets pour lui. Ils voulaient qu'il soit enseignant ou qu'il devienne Premier ministre de la Barbade. Au lieu de cela, il a convaincu ses aînés qu'il devrait entrer dans l'industrie hôtelière où il a découvert sa véritable vocation de barman. "Je déteste un travail où vous ne pouvez pas boire un verre."

Aujourd'hui, cet homme attachant et heureux est l'ambassadeur de la marque internationale et mixologue du Mount Gay Rum. Dans une présentation au Hilton Barbados intitulée « Noël en novembre », Browne a créé des boissons de vacances en utilisant des herbes et des épices traditionnelles de la saison de Noël ainsi que des épices et de l'alcool bajan (barbadiens). Il a préparé cinq boissons traditionnelles de vacances occidentales et caribéennes, s'est assuré que tout le monde dans le public avait un avant-goût de chacun, a dépassé son temps alloué et voulait toujours plus de temps pour terminer.

Il a fait un verre à partir des fleurs rouges de l'oseille, qui pousse dans toute la Caraïbe, avec du gingembre, des bâtons de cannelle, de la cannelle moulue, des clous de girofle entiers, de la cassonade et du rhum.

Il casse les herbes et l'oseille pour ouvrir les saveurs et fait circuler quelques fleurs de la plante pour faire goûter au public son arôme intense avant de distribuer des boissons.

Il a également fabriqué un punch au rhum de Noël qui comprenait des herbes traditionnelles et une boisson Bajan appelée Falernum, une liqueur sucrée qui aurait été inventée à la Barbade et utilisée dans les boissons caribéennes et tropicales. Il a des saveurs d'amande, de gingembre et/ou de clou de girofle, et de citron vert, et parfois de vanille ou de piment de la Jamaïque.

Il a également fabriqué une boisson de vacances américaine traditionnelle à base de rhum et de cognac, "Tom and Jerry", qui utilisait également des œufs, de la muscade et de la vanille.

D'autres boissons traditionnelles de Bajan qu'il préparait étaient un « Maïs et huile » (à base de rhum, de Falernum et de jus de citron vert frais, et un « Punch-Of-Cream », qui utilise du lait concentré et évaporé, le Ponche Kuba (une crème au rhum des Caraïbes semblable à crèmes irlandaises) et, bien sûr, du rhum.

Il a exhorté les spectateurs à utiliser des ingrédients frais dans la mesure du possible et pour de nombreuses boissons, telles que le Bajan Sorrel, un repos est nécessaire pour que les saveurs des herbes et des épices se mélangent.

Pendant toute pause dans la présentation, la musique de Noël a joué. La scène de la salle était couverte de décorations de Noël.

Tout en mélangeant et en dégustant à un moment donné, il a dit: "Je dois vous dire que j'apprécie une bonne boisson." Puis il est entré dans l'histoire de la façon dont il est devenu mixologue.

« Ma mère voulait vraiment que je sois Premier ministre. Ma grand-mère voulait que je sois enseignante. À cette époque, tous les premiers ministres avaient des noms très, très longs… alors ma mère m'a nommé « Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown avec un E. » Puis (elle) m'a fait pression pour faire quelque chose de différent de ce que je voulais être. Alors j'ai commencé à faire des choses différentes mais il y avait toujours l'élément des esprits qui m'appelait. J'ai donc fini par travailler dans l'hôtellerie à la réception. Mais le directeur avait toujours un problème avec moi pour aller au bar.… Finalement, je suis entré dans le bar.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Le chef Paul Yellin poche un vivaneau rouge. Crédit photo : Anthony DeMarco

Le Chef 'Rhum'. Paul Yellin, chef d'entreprise pour Mount Gay Rum, affirme que le rhum est un ingrédient aussi important dans la création de plats exotiques que dans les cocktails. Le natif de la Barbade qui vit maintenant à Charleston, en Caroline du Sud, a tenté de le prouver lors d'une manifestation organisée à l'extérieur sous une grande tente au Hilton Barbados.

Yellin soutient également que la cuisine traditionnelle bajane peut être saine. « Tout le monde aime quelque chose de frit. C'est délicieux, c'est croustillant mais ce n'est pas sain. Nous savons que. Et il y a eu beaucoup d'incidents dans les Caraïbes ces dernières années, beaucoup de diabète, beaucoup de problèmes de santé, beaucoup de problèmes cardiaques. Nous avons une nourriture tellement fabuleuse ici, les gens ne devraient pas manger malsain. »

Il a ajouté: «Si jamais vous faites un tour de l'île et que vous conduisez autour de la côte est, vous voyez des fruits pousser de l'arbre ou l'homme au bord de la route qui vend des noix de coco. … Vous pouvez littéralement marcher et cueillir des fruits sur les arbres. Il n'y a aucune raison de mourir de faim ou de mal manger.

Le produit fini. Vivaneau poché à l'huile de coco de Paul Yellin avec riz rouge et beurre d'agrumes. . [+] Crédit photo : Anthony DeMarco

Il a préparé un vivaneau poché à l'huile de coco avec du riz rouge et du beurre d'agrumes. Il a placé le poisson avec l'huile, les herbes (thym frais, sel de mer et poivre blanc) et l'ail dans un sac ziplock et l'a poché dans de l'eau bouillante. En utilisant cette méthode, il a dit qu'il faut environ 5 à 8 minutes pour bien cuire le poisson. Il dit que les gens ont tendance à trop cuire le poisson. « Ce qui est en fait très cool avec le braconnage, c’est que vous pouvez jeter un œil au sac et voir comment ça se passe. »

Il a également parlé des différences de sauce piquante (sauce au poivre) à la Barbade par rapport aux autres îles des Caraïbes. « L'une des différences est que nous utilisons une base de moutarde, il y a donc une saveur acide, pas seulement chaude pour le saké chaud. Et ce n'est pas comme une sauce de buffle… c'est très liquide. Ceux-ci contiennent des morceaux d'ingrédients et ils sont incroyables. La plupart des Bajans utiliseront de la sauce au poivre dans à peu près tout. »

Alors qu'il faisait chauffer le rhum pour son beurre au rhum aux agrumes, il s'est mis à pleuvoir et le vent a soufflé. Yellin gardait son sang-froid sous la tente. Il a dit, bien sûr, que tirer le rhum brûle l'alcool. "Il va toujours s'évaporer sans y mettre le feu, mais j'accélère simplement le processus et ça a l'air cool."

Yellin préconise également d'utiliser moins de sel dans les aliments, en particulier les repas à plusieurs plats. «En assemblant ce plat, le riz a du sel, ce (beurre de rhum) a du sel, le poisson a du sel, vous revenez tout de suite avec la coagulation de vos artères avec du sel. Je pense que le sel est très surfait. Cela donne un bon goût aux aliments, mais les agrumes aussi.


Barbade, l'île du rhum

BRIDGETOWN, Barbade - Le rhum est considéré par beaucoup comme la plus ancienne boisson alcoolisée distillée au monde. La première variante commerciale de cette boisson aurait eu lieu dans cette île la plus orientale des Caraïbes en 1637, qui a coïncidé avec l'essor de l'industrie de la canne à sucre, la source du rhum et l'épine dorsale de son économie jusque dans le 20e siècle.

L'île a aussi ce que je pense être la meilleure version du punch au rhum.

Mount Gay Distilleries, fondée en 1703, distille la plus ancienne marque de rhum existante au monde (Mount Gay Rum). C'est aussi la plus connue des distilleries de rhum de l'île. Deux des ambassadeurs de la société ont fait des présentations sur le fonctionnement du rhum avec des boissons, bien sûr, et avec de la nourriture lors du Barbados Food & Wine and Rum Festival, qui s'est tenu du 16 au 19 novembre.

Tout le monde prend un verre à cette présentation.

Boissons au rhum des fêtes. La mère et la grand-mère de Chesterfield Browne avaient de grands projets pour lui. Ils voulaient qu'il soit enseignant ou qu'il devienne Premier ministre de la Barbade. Au lieu de cela, il a convaincu ses aînés qu'il devrait entrer dans l'industrie hôtelière où il a découvert sa véritable vocation de barman. "Je déteste un travail où vous ne pouvez pas boire un verre."

Aujourd'hui, cet homme attachant et heureux est l'ambassadeur de la marque internationale et mixologue du Mount Gay Rum. Dans une présentation au Hilton Barbados intitulée « Noël en novembre », Browne a créé des boissons de vacances en utilisant des herbes et des épices traditionnelles de la saison de Noël, ainsi que des épices et de l'alcool bajan (barbadiens). Il a préparé cinq boissons traditionnelles de vacances occidentales et caribéennes, s'est assuré que tout le monde dans le public avait un avant-goût de chacun, a dépassé son temps alloué et voulait toujours plus de temps pour terminer.

Il a fait un verre à partir des fleurs rouges de l'oseille, qui pousse dans toute la Caraïbe, avec du gingembre, des bâtons de cannelle, de la cannelle moulue, des clous de girofle entiers, de la cassonade et du rhum.

Il casse les herbes et l'oseille pour ouvrir les saveurs et fait circuler quelques fleurs de la plante pour faire goûter au public son arôme intense avant de distribuer des boissons.

Il a également fabriqué un punch au rhum de Noël qui comprenait des herbes traditionnelles et une boisson Bajan appelée Falernum, une liqueur sucrée qui aurait été inventée à la Barbade et utilisée dans les boissons caribéennes et tropicales. Il a des saveurs d'amande, de gingembre et/ou de clou de girofle, et de citron vert, et parfois de vanille ou de piment de la Jamaïque.

Il a également fabriqué une boisson de vacances américaine traditionnelle à base de rhum et de cognac, "Tom and Jerry", qui utilisait également des œufs, de la muscade et de la vanille.

D'autres boissons traditionnelles de Bajan qu'il préparait étaient un « Maïs et huile » (à base de rhum, de Falernum et de jus de citron vert frais, et un « Punch-Of-Cream », qui utilise du lait concentré et évaporé, le Ponche Kuba (une crème au rhum des Caraïbes semblable à crèmes irlandaises) et, bien sûr, du rhum.

Il a exhorté les spectateurs à utiliser des ingrédients frais dans la mesure du possible et pour de nombreuses boissons, telles que le Bajan Sorrel, un repos est nécessaire pour que les saveurs des herbes et des épices se mélangent.

Pendant toute pause dans la présentation, la musique de Noël a joué. La scène de la salle était couverte de décorations de Noël.

Tout en mélangeant et en dégustant à un moment donné, il a dit: "Je dois vous dire que j'apprécie une bonne boisson." Puis il est entré dans l'histoire de la façon dont il est devenu mixologue.

« Ma mère voulait vraiment que je sois Premier ministre. Ma grand-mère voulait que je sois enseignante. À cette époque, tous les premiers ministres avaient des noms très, très longs… alors ma mère m'a nommé « Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown avec un E. » Puis (elle) m'a fait pression pour faire quelque chose de différent de ce que je voulais être. Alors j'ai commencé à faire des choses différentes mais il y avait toujours l'élément des esprits qui m'appelait. J'ai donc fini par travailler dans l'hôtellerie à la réception. Mais le directeur avait toujours un problème avec moi pour aller au bar.… Finalement, je suis entré dans le bar.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Le chef Paul Yellin poche un vivaneau rouge. Crédit photo : Anthony DeMarco

Le Chef 'Rhum'. Paul Yellin, chef d'entreprise pour Mount Gay Rum, affirme que le rhum est un ingrédient aussi important dans la création de plats exotiques que dans les cocktails. Le natif de la Barbade qui vit maintenant à Charleston, en Caroline du Sud, a tenté de le prouver lors d'une manifestation organisée à l'extérieur sous une grande tente au Hilton Barbados.

Yellin soutient également que la cuisine traditionnelle bajane peut être saine. « Tout le monde aime quelque chose de frit. C'est délicieux, c'est croustillant mais ce n'est pas sain. Nous savons que. Et il y a eu beaucoup d'incidents dans les Caraïbes ces dernières années, beaucoup de diabète, beaucoup de problèmes de santé, beaucoup de problèmes cardiaques. Nous avons une nourriture tellement fabuleuse ici, les gens ne devraient pas manger malsain. »

Il a ajouté: «Si jamais vous faites un tour de l'île et que vous conduisez autour de la côte est, vous voyez des fruits pousser de l'arbre ou l'homme au bord de la route qui vend des noix de coco. … Vous pouvez littéralement marcher et cueillir des fruits sur les arbres. Il n'y a aucune raison de mourir de faim ou de mal manger.

Le produit fini. Vivaneau poché à l'huile de coco de Paul Yellin avec riz rouge et beurre d'agrumes. . [+] Crédit photo : Anthony DeMarco

Il a préparé un vivaneau rouge poché à l'huile de coco avec du riz rouge et du beurre d'agrumes. Il a placé le poisson avec l'huile, les herbes (thym frais, sel de mer et poivre blanc) et l'ail dans un sac ziplock et l'a poché dans de l'eau bouillante. En utilisant cette méthode, il a dit qu'il faut environ 5 à 8 minutes pour bien cuire le poisson. Il dit que les gens ont tendance à trop cuire le poisson. "Ce qui est en fait très cool avec le braconnage, c'est que vous pouvez jeter un œil au sac et voir comment ça se passe."

Il a également parlé des différences de sauce piquante (sauce au poivre) à la Barbade par rapport aux autres îles des Caraïbes. « L'une des différences est que nous utilisons une base de moutarde, il y a donc une saveur acide, pas seulement chaude pour le saké chaud. Et ce n'est pas comme une sauce de buffle… c'est très liquide. Ceux-ci contiennent des morceaux d'ingrédients et ils sont incroyables. La plupart des Bajans utiliseront de la sauce au poivre dans à peu près tout. »

Alors qu'il faisait chauffer le rhum pour son beurre au rhum aux agrumes, il s'est mis à pleuvoir et le vent a soufflé. Yellin gardait son sang-froid sous la tente. Il a dit, bien sûr, que tirer le rhum brûle l'alcool. "Il va toujours s'évaporer sans y mettre le feu, mais j'accélère simplement le processus et ça a l'air cool."

Yellin préconise également d'utiliser moins de sel dans les aliments, en particulier les repas à plusieurs plats. «En assemblant ce plat, le riz a du sel, ce (beurre de rhum) a du sel, le poisson a du sel, vous revenez tout de suite avec la coagulation de vos artères avec du sel. Je pense que le sel est très surfait. Cela donne un bon goût aux aliments, mais les agrumes aussi.


Barbade, l'île du rhum

BRIDGETOWN, Barbade - Le rhum est considéré par beaucoup comme la plus ancienne boisson alcoolisée distillée au monde. La première variante commerciale de cette boisson aurait eu lieu dans cette île la plus orientale des Caraïbes en 1637, qui a coïncidé avec l'essor de l'industrie de la canne à sucre, la source du rhum et l'épine dorsale de son économie jusqu'au 20e siècle.

L'île a aussi ce que je pense être la meilleure version du punch au rhum.

Mount Gay Distilleries, fondée en 1703, distille la plus ancienne marque de rhum existante au monde (Mount Gay Rum). C'est aussi la plus connue des distilleries de rhum de l'île. Deux des ambassadeurs de la société ont fait des présentations sur le fonctionnement du rhum avec des boissons, bien sûr, et avec de la nourriture lors du Barbados Food & Wine and Rum Festival, qui s'est tenu du 16 au 19 novembre.

Tout le monde prend un verre à cette présentation.

Boissons au rhum des fêtes. La mère et la grand-mère de Chesterfield Browne avaient de grands projets pour lui. Ils voulaient qu'il soit enseignant ou qu'il devienne Premier ministre de la Barbade. Au lieu de cela, il a convaincu ses aînés qu'il devrait entrer dans l'industrie hôtelière où il a découvert sa véritable vocation de barman. "Je déteste un travail où vous ne pouvez pas boire un verre."

Aujourd'hui, cet homme attachant et heureux est l'ambassadeur de la marque internationale et mixologue du Mount Gay Rum. Dans une présentation au Hilton Barbados intitulée « Noël en novembre », Browne a créé des boissons de vacances en utilisant des herbes et des épices traditionnelles de la saison de Noël, ainsi que des épices et de l'alcool bajan (barbadiens). Il a préparé cinq boissons traditionnelles de vacances occidentales et caribéennes, s'est assuré que tout le monde dans le public avait un avant-goût de chacun, a dépassé son temps alloué et voulait toujours plus de temps pour terminer.

Il a fait un verre à partir des fleurs rouges de l'oseille, qui pousse dans toute la Caraïbe, avec du gingembre, des bâtons de cannelle, de la cannelle moulue, des clous de girofle entiers, de la cassonade et du rhum.

Il casse les herbes et l'oseille pour ouvrir les saveurs et fait circuler quelques fleurs de la plante pour faire goûter au public son arôme intense avant de distribuer des boissons.

Il a également fabriqué un punch au rhum de Noël qui comprenait des herbes traditionnelles et une boisson Bajan appelée Falernum, une liqueur sucrée qui aurait été inventée à la Barbade et utilisée dans les boissons caribéennes et tropicales. Il a des saveurs d'amande, de gingembre et/ou de clou de girofle, et de citron vert, et parfois de vanille ou de piment de la Jamaïque.

Il a également fabriqué une boisson de vacances américaine traditionnelle à base de rhum et de cognac, "Tom and Jerry", qui utilisait également des œufs, de la muscade et de la vanille.

D'autres boissons traditionnelles de Bajan qu'il préparait étaient un « Maïs et huile » (à base de rhum, de Falernum et de jus de citron vert frais, et un « Punch-Of-Cream », qui utilise du lait concentré et évaporé, le Ponche Kuba (une crème au rhum des Caraïbes semblable à crèmes irlandaises) et, bien sûr, du rhum.

Il a exhorté les spectateurs à utiliser des ingrédients frais dans la mesure du possible et pour de nombreuses boissons, telles que le Bajan Sorrel, un repos est nécessaire pour que les saveurs des herbes et des épices se mélangent.

Pendant toute pause dans la présentation, la musique de Noël a joué. La scène de la salle était couverte de décorations de Noël.

Tout en mélangeant et en dégustant à un moment donné, il a dit: "Je dois vous dire que j'apprécie une bonne boisson." Puis il est entré dans l'histoire de la façon dont il est devenu mixologue.

« Ma mère voulait vraiment que je sois Premier ministre. Ma grand-mère voulait que je sois enseignante. À cette époque, tous les premiers ministres avaient des noms très, très longs… alors ma mère m'a nommé « Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown avec un E. » Puis (elle) m'a fait pression pour faire quelque chose de différent de ce que je voulais être. Alors j'ai commencé à faire des choses différentes mais il y avait toujours l'élément des esprits qui m'appelait. J'ai donc fini par travailler dans l'hôtellerie à la réception. Mais le directeur avait toujours un problème avec moi pour aller au bar.… Finalement, je suis entré dans le bar.

Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Le chef Paul Yellin poche un vivaneau rouge. Crédit photo : Anthony DeMarco

Le Chef 'Rhum'. Paul Yellin, chef d'entreprise pour Mount Gay Rum, affirme que le rhum est un ingrédient aussi important dans la création de plats exotiques que dans les cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Barbados, The Rum Island

BRIDGETOWN, Barbados — Rum is believed by many to be the world's oldest distilled alcoholic beverage. The first commercial variation of this drink is said to have occurred in this easternmost of the Caribbean islands in 1637, which coincided with the rise of the sugarcane industry, the source of rum and the backbone of its economy well into the 20th Century.

The island also has what I think is the best version of rum punch.

Mount Gay Distilleries, founded in 1703, distills the oldest existing brand of rum in the world (Mount Gay Rum). It is also the best known of the rum distilleries on the island. Two of the company’s ambassadors gave presentations on how rum works with drinks, of course, and with food during the Barbados Food & Wine and Rum Festival, held November 16 – 19.

Everybody gets a drink at this presentation.

Holiday Rum Drinks. Chesterfield Browne’s mother and grandmother had big plans for him. They wanted him to either be a teacher or become prime minister of Barbados. Instead, he convinced his elders that he should enter the hospitality industry where he discovered his true calling as a bartender. “I hate a job where you can’t have a drink.”

Today, this engaging and happy man is the international brand ambassador and mixologist of Mount Gay Rum. In a presentation at the Hilton Barbados titled, “Christmas in November,” Browne created holiday drinks using traditional Christmas season herb and spices as well as Bajan (Barbadian) spices and liquor. He made five traditional western and Caribbean holiday drinks, made sure everyone in the audience had a taste of each, ran well-over his hour time allotment and still wanted more time to finish.

He made one drink from the red flowers of the sorrel plant, which grows throughout the Caribbean, along with ginger, cinnamon sticks, ground cinnamon, whole cloves, brown sugar and rum.

He breaks the herbs and the sorrel to open the flavors and passed around a few flowers from the plant to give the audience a sampling of its intense aroma before handing out drinks.

He also made a Christmas rum punch that included traditional herbs and a Bajan drink called Falernum, a sweet liquor believed to be invented in Barbados that is used in Caribbean and tropical drinks. It has the flavors of almond, ginger and/or cloves, and lime, and sometimes vanilla or allspice.

He also made a traditional American holiday drink made with rum and cognac, “Tom and Jerry,” which also used eggs, nutmeg and vanilla.

Other traditional Bajan drinks he made were a “Corn and Oil” (made of rum, Falernum and fresh lime juice, and a “Punch-Of-Cream,” which uses condensed and evaporated milk, Ponche Kuba (a Caribbean rum cream similar to Irish creams) and, of course, rum.

He urged those in the audience to use fresh ingredients whenever possible and for many of the drinks, such as the Bajan Sorrel, resting is required in order for the flavors of the herbs and spices to blend.

During any pause in the presentation, Christmas music played. The stage area in the room was covered in Christmas decorations.

While mixing and tasting at one point, he said, “I must tell you I enjoy a good drink.” Then he went into the story of how he became a mixologist.

“My mother really wanted me to be prime minister. My grandmother wanted me to be a teacher. In those days all prime ministers had very, very long names … so my mother named me ‘Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown with an E.’ Then (she) pressured me to do something different than what I wanted to be. So I started doing different things but there was always the element of the spirits calling me. So I ended up working in the hospitality in reception. But the manager always had a problem with me going to the bar.… Eventually I went into the bar.

The rest, as they say, is history.

Chef Paul Yellin poaches a red snapper. Photo credit: Anthony DeMarco

The 'Rhum' Chef. Paul Yellin, corporate chef for Mount Gay Rum, says that rum is as important an ingredient in creating exotic dishes as it is in cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Barbados, The Rum Island

BRIDGETOWN, Barbados — Rum is believed by many to be the world's oldest distilled alcoholic beverage. The first commercial variation of this drink is said to have occurred in this easternmost of the Caribbean islands in 1637, which coincided with the rise of the sugarcane industry, the source of rum and the backbone of its economy well into the 20th Century.

The island also has what I think is the best version of rum punch.

Mount Gay Distilleries, founded in 1703, distills the oldest existing brand of rum in the world (Mount Gay Rum). It is also the best known of the rum distilleries on the island. Two of the company’s ambassadors gave presentations on how rum works with drinks, of course, and with food during the Barbados Food & Wine and Rum Festival, held November 16 – 19.

Everybody gets a drink at this presentation.

Holiday Rum Drinks. Chesterfield Browne’s mother and grandmother had big plans for him. They wanted him to either be a teacher or become prime minister of Barbados. Instead, he convinced his elders that he should enter the hospitality industry where he discovered his true calling as a bartender. “I hate a job where you can’t have a drink.”

Today, this engaging and happy man is the international brand ambassador and mixologist of Mount Gay Rum. In a presentation at the Hilton Barbados titled, “Christmas in November,” Browne created holiday drinks using traditional Christmas season herb and spices as well as Bajan (Barbadian) spices and liquor. He made five traditional western and Caribbean holiday drinks, made sure everyone in the audience had a taste of each, ran well-over his hour time allotment and still wanted more time to finish.

He made one drink from the red flowers of the sorrel plant, which grows throughout the Caribbean, along with ginger, cinnamon sticks, ground cinnamon, whole cloves, brown sugar and rum.

He breaks the herbs and the sorrel to open the flavors and passed around a few flowers from the plant to give the audience a sampling of its intense aroma before handing out drinks.

He also made a Christmas rum punch that included traditional herbs and a Bajan drink called Falernum, a sweet liquor believed to be invented in Barbados that is used in Caribbean and tropical drinks. It has the flavors of almond, ginger and/or cloves, and lime, and sometimes vanilla or allspice.

He also made a traditional American holiday drink made with rum and cognac, “Tom and Jerry,” which also used eggs, nutmeg and vanilla.

Other traditional Bajan drinks he made were a “Corn and Oil” (made of rum, Falernum and fresh lime juice, and a “Punch-Of-Cream,” which uses condensed and evaporated milk, Ponche Kuba (a Caribbean rum cream similar to Irish creams) and, of course, rum.

He urged those in the audience to use fresh ingredients whenever possible and for many of the drinks, such as the Bajan Sorrel, resting is required in order for the flavors of the herbs and spices to blend.

During any pause in the presentation, Christmas music played. The stage area in the room was covered in Christmas decorations.

While mixing and tasting at one point, he said, “I must tell you I enjoy a good drink.” Then he went into the story of how he became a mixologist.

“My mother really wanted me to be prime minister. My grandmother wanted me to be a teacher. In those days all prime ministers had very, very long names … so my mother named me ‘Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown with an E.’ Then (she) pressured me to do something different than what I wanted to be. So I started doing different things but there was always the element of the spirits calling me. So I ended up working in the hospitality in reception. But the manager always had a problem with me going to the bar.… Eventually I went into the bar.

The rest, as they say, is history.

Chef Paul Yellin poaches a red snapper. Photo credit: Anthony DeMarco

The 'Rhum' Chef. Paul Yellin, corporate chef for Mount Gay Rum, says that rum is as important an ingredient in creating exotic dishes as it is in cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Barbados, The Rum Island

BRIDGETOWN, Barbados — Rum is believed by many to be the world's oldest distilled alcoholic beverage. The first commercial variation of this drink is said to have occurred in this easternmost of the Caribbean islands in 1637, which coincided with the rise of the sugarcane industry, the source of rum and the backbone of its economy well into the 20th Century.

The island also has what I think is the best version of rum punch.

Mount Gay Distilleries, founded in 1703, distills the oldest existing brand of rum in the world (Mount Gay Rum). It is also the best known of the rum distilleries on the island. Two of the company’s ambassadors gave presentations on how rum works with drinks, of course, and with food during the Barbados Food & Wine and Rum Festival, held November 16 – 19.

Everybody gets a drink at this presentation.

Holiday Rum Drinks. Chesterfield Browne’s mother and grandmother had big plans for him. They wanted him to either be a teacher or become prime minister of Barbados. Instead, he convinced his elders that he should enter the hospitality industry where he discovered his true calling as a bartender. “I hate a job where you can’t have a drink.”

Today, this engaging and happy man is the international brand ambassador and mixologist of Mount Gay Rum. In a presentation at the Hilton Barbados titled, “Christmas in November,” Browne created holiday drinks using traditional Christmas season herb and spices as well as Bajan (Barbadian) spices and liquor. He made five traditional western and Caribbean holiday drinks, made sure everyone in the audience had a taste of each, ran well-over his hour time allotment and still wanted more time to finish.

He made one drink from the red flowers of the sorrel plant, which grows throughout the Caribbean, along with ginger, cinnamon sticks, ground cinnamon, whole cloves, brown sugar and rum.

He breaks the herbs and the sorrel to open the flavors and passed around a few flowers from the plant to give the audience a sampling of its intense aroma before handing out drinks.

He also made a Christmas rum punch that included traditional herbs and a Bajan drink called Falernum, a sweet liquor believed to be invented in Barbados that is used in Caribbean and tropical drinks. It has the flavors of almond, ginger and/or cloves, and lime, and sometimes vanilla or allspice.

He also made a traditional American holiday drink made with rum and cognac, “Tom and Jerry,” which also used eggs, nutmeg and vanilla.

Other traditional Bajan drinks he made were a “Corn and Oil” (made of rum, Falernum and fresh lime juice, and a “Punch-Of-Cream,” which uses condensed and evaporated milk, Ponche Kuba (a Caribbean rum cream similar to Irish creams) and, of course, rum.

He urged those in the audience to use fresh ingredients whenever possible and for many of the drinks, such as the Bajan Sorrel, resting is required in order for the flavors of the herbs and spices to blend.

During any pause in the presentation, Christmas music played. The stage area in the room was covered in Christmas decorations.

While mixing and tasting at one point, he said, “I must tell you I enjoy a good drink.” Then he went into the story of how he became a mixologist.

“My mother really wanted me to be prime minister. My grandmother wanted me to be a teacher. In those days all prime ministers had very, very long names … so my mother named me ‘Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown with an E.’ Then (she) pressured me to do something different than what I wanted to be. So I started doing different things but there was always the element of the spirits calling me. So I ended up working in the hospitality in reception. But the manager always had a problem with me going to the bar.… Eventually I went into the bar.

The rest, as they say, is history.

Chef Paul Yellin poaches a red snapper. Photo credit: Anthony DeMarco

The 'Rhum' Chef. Paul Yellin, corporate chef for Mount Gay Rum, says that rum is as important an ingredient in creating exotic dishes as it is in cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Barbados, The Rum Island

BRIDGETOWN, Barbados — Rum is believed by many to be the world's oldest distilled alcoholic beverage. The first commercial variation of this drink is said to have occurred in this easternmost of the Caribbean islands in 1637, which coincided with the rise of the sugarcane industry, the source of rum and the backbone of its economy well into the 20th Century.

The island also has what I think is the best version of rum punch.

Mount Gay Distilleries, founded in 1703, distills the oldest existing brand of rum in the world (Mount Gay Rum). It is also the best known of the rum distilleries on the island. Two of the company’s ambassadors gave presentations on how rum works with drinks, of course, and with food during the Barbados Food & Wine and Rum Festival, held November 16 – 19.

Everybody gets a drink at this presentation.

Holiday Rum Drinks. Chesterfield Browne’s mother and grandmother had big plans for him. They wanted him to either be a teacher or become prime minister of Barbados. Instead, he convinced his elders that he should enter the hospitality industry where he discovered his true calling as a bartender. “I hate a job where you can’t have a drink.”

Today, this engaging and happy man is the international brand ambassador and mixologist of Mount Gay Rum. In a presentation at the Hilton Barbados titled, “Christmas in November,” Browne created holiday drinks using traditional Christmas season herb and spices as well as Bajan (Barbadian) spices and liquor. He made five traditional western and Caribbean holiday drinks, made sure everyone in the audience had a taste of each, ran well-over his hour time allotment and still wanted more time to finish.

He made one drink from the red flowers of the sorrel plant, which grows throughout the Caribbean, along with ginger, cinnamon sticks, ground cinnamon, whole cloves, brown sugar and rum.

He breaks the herbs and the sorrel to open the flavors and passed around a few flowers from the plant to give the audience a sampling of its intense aroma before handing out drinks.

He also made a Christmas rum punch that included traditional herbs and a Bajan drink called Falernum, a sweet liquor believed to be invented in Barbados that is used in Caribbean and tropical drinks. It has the flavors of almond, ginger and/or cloves, and lime, and sometimes vanilla or allspice.

He also made a traditional American holiday drink made with rum and cognac, “Tom and Jerry,” which also used eggs, nutmeg and vanilla.

Other traditional Bajan drinks he made were a “Corn and Oil” (made of rum, Falernum and fresh lime juice, and a “Punch-Of-Cream,” which uses condensed and evaporated milk, Ponche Kuba (a Caribbean rum cream similar to Irish creams) and, of course, rum.

He urged those in the audience to use fresh ingredients whenever possible and for many of the drinks, such as the Bajan Sorrel, resting is required in order for the flavors of the herbs and spices to blend.

During any pause in the presentation, Christmas music played. The stage area in the room was covered in Christmas decorations.

While mixing and tasting at one point, he said, “I must tell you I enjoy a good drink.” Then he went into the story of how he became a mixologist.

“My mother really wanted me to be prime minister. My grandmother wanted me to be a teacher. In those days all prime ministers had very, very long names … so my mother named me ‘Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown with an E.’ Then (she) pressured me to do something different than what I wanted to be. So I started doing different things but there was always the element of the spirits calling me. So I ended up working in the hospitality in reception. But the manager always had a problem with me going to the bar.… Eventually I went into the bar.

The rest, as they say, is history.

Chef Paul Yellin poaches a red snapper. Photo credit: Anthony DeMarco

The 'Rhum' Chef. Paul Yellin, corporate chef for Mount Gay Rum, says that rum is as important an ingredient in creating exotic dishes as it is in cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Barbados, The Rum Island

BRIDGETOWN, Barbados — Rum is believed by many to be the world's oldest distilled alcoholic beverage. The first commercial variation of this drink is said to have occurred in this easternmost of the Caribbean islands in 1637, which coincided with the rise of the sugarcane industry, the source of rum and the backbone of its economy well into the 20th Century.

The island also has what I think is the best version of rum punch.

Mount Gay Distilleries, founded in 1703, distills the oldest existing brand of rum in the world (Mount Gay Rum). It is also the best known of the rum distilleries on the island. Two of the company’s ambassadors gave presentations on how rum works with drinks, of course, and with food during the Barbados Food & Wine and Rum Festival, held November 16 – 19.

Everybody gets a drink at this presentation.

Holiday Rum Drinks. Chesterfield Browne’s mother and grandmother had big plans for him. They wanted him to either be a teacher or become prime minister of Barbados. Instead, he convinced his elders that he should enter the hospitality industry where he discovered his true calling as a bartender. “I hate a job where you can’t have a drink.”

Today, this engaging and happy man is the international brand ambassador and mixologist of Mount Gay Rum. In a presentation at the Hilton Barbados titled, “Christmas in November,” Browne created holiday drinks using traditional Christmas season herb and spices as well as Bajan (Barbadian) spices and liquor. He made five traditional western and Caribbean holiday drinks, made sure everyone in the audience had a taste of each, ran well-over his hour time allotment and still wanted more time to finish.

He made one drink from the red flowers of the sorrel plant, which grows throughout the Caribbean, along with ginger, cinnamon sticks, ground cinnamon, whole cloves, brown sugar and rum.

He breaks the herbs and the sorrel to open the flavors and passed around a few flowers from the plant to give the audience a sampling of its intense aroma before handing out drinks.

He also made a Christmas rum punch that included traditional herbs and a Bajan drink called Falernum, a sweet liquor believed to be invented in Barbados that is used in Caribbean and tropical drinks. It has the flavors of almond, ginger and/or cloves, and lime, and sometimes vanilla or allspice.

He also made a traditional American holiday drink made with rum and cognac, “Tom and Jerry,” which also used eggs, nutmeg and vanilla.

Other traditional Bajan drinks he made were a “Corn and Oil” (made of rum, Falernum and fresh lime juice, and a “Punch-Of-Cream,” which uses condensed and evaporated milk, Ponche Kuba (a Caribbean rum cream similar to Irish creams) and, of course, rum.

He urged those in the audience to use fresh ingredients whenever possible and for many of the drinks, such as the Bajan Sorrel, resting is required in order for the flavors of the herbs and spices to blend.

During any pause in the presentation, Christmas music played. The stage area in the room was covered in Christmas decorations.

While mixing and tasting at one point, he said, “I must tell you I enjoy a good drink.” Then he went into the story of how he became a mixologist.

“My mother really wanted me to be prime minister. My grandmother wanted me to be a teacher. In those days all prime ministers had very, very long names … so my mother named me ‘Chesterfield Alonso DeCoursey Proctor Brown with an E.’ Then (she) pressured me to do something different than what I wanted to be. So I started doing different things but there was always the element of the spirits calling me. So I ended up working in the hospitality in reception. But the manager always had a problem with me going to the bar.… Eventually I went into the bar.

The rest, as they say, is history.

Chef Paul Yellin poaches a red snapper. Photo credit: Anthony DeMarco

The 'Rhum' Chef. Paul Yellin, corporate chef for Mount Gay Rum, says that rum is as important an ingredient in creating exotic dishes as it is in cocktails. The Barbados native who now lives in Charleston, S.C., set out to prove this in a demonstration held outdoors under a large tent at the Hilton Barbados.

Yellin also advocates that traditional Bajan cooking can be healthy. “Everybody likes something fried. It’s delicious, it’s crispy but it’s not healthy. We know that. And there are a lot of incidents in the Caribbean recently last couple years, a lot of diabetes, a lot of health issues, a lot of heart trouble. We have such fabulous food here, people should not eat unhealthy.”

He added, “If you ever take an island tour and you drive around the east coast, you see fruit growing from the tree or the man on the side of the road selling coconuts. … You can literally walk and pick fruit off the trees. There’s no reason to starve or eat badly.”

The finished product. Paul Yellin's coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. . [+] Photo credit: Anthony DeMarco

He prepared a coconut oil poached red snapper with red rice and citrus butter. He placed the fish with the oil, herbs (fresh thyme, sea salt and white pepper) and garlic in a ziplock bag and poached it in boiling water. Using this method he said it takes about 5 to 8 minutes to cook the fish properly. He says that people tend to overcook fish. “What’s actually very cool about poaching is you can take a look at the bag and see how it’s coming along.”

He also talked about the differences in hot sauce (pepper sauce) in Barbados as opposed to the other Caribbean islands. “One of the differences is we use a mustard base, so there’s an acidic flavor in it not just hot for hot sake. And it’s not like a buffalo sauce … that is very watery. These have bits of the ingredients in it and they are incredible. Most Bajans will use pepper sauce in just about everything.”

As he was firing up the rum for his citrus rum butter, it began to rain and the wind blew. Yellin kept his composure under the tent. He said, of course, firing the rum burns the alcohol off. “It will still evaporate without setting it on fire but I’m just speeding up the process and it looks cool.”

Yellin also advocates using less salt in food, particularly multi-course meals. “In putting this dish together the rice has salt, this (rum butter) has salt, the fish has salt, you’re going right back with clotting your arteries with salt. I think salt is very much overrated. It does make food taste nice but so does citrus.”


Voir la vidéo: Barbados Food and Rum Festival 2018